Comment les autistes nous perçoivent ?

Comment un autiste nous perçoit-il ? 

L’autisme est une maladie neurologique qui touche 5.000 à 8.000 enfants en France.

Ce trouble peut atteindre des degrés et des niveaux différents, mais avec toutefois un point commun qui relie tous les autistes : une perception du monde différente de la nôtre.

Il n'est pas facile de pénétrer l'univers fermé et intime des autistes et connaître leurs ressentis et sentiments.

Mais aujourd'hui, des témoignages d’autistes ont permis de mieux les comprendre et nous incitent à changer notre vision et notre comportement envers eux.

Une perception des sens différente.

Le premier niveau d’incompréhension tient au fait que les cinq sens sont perçus d’une façon singulière chez les autistes. Cette perception différente, qui se situe au niveau neuronal, peut amener à des réactions que nous ne comprenons pas.

Par exemple, un autiste met au même niveau une voix humaine et un bruit dans la rue ou encore un objet et une partie du corps humain (un autiste peut confondre un crayon et un doigt).

D’autre part, les sensations se juxtaposent sans lien entre elles, c’est pourquoi il peut paniquer face à un bruit qu'il n'arrive pas à replacer dans son contexte.

Les autistes ne nous voient pas comme nous les voyons.

Les autistes n’ont pas la capacité à regarder dans les yeux et ils ne perçoivent qu’une partie de notre visage. Par exemple, ils voient la bouche et la joue et ne peuvent pas voir les yeux de leur interlocuteur.

Et pourtant, c’est par le regard et les mimiques du visage que se crée la première forme de communication entre les parents et l’enfant.

La relation entre ses propres émotions et les émotions de l’autre permet de comprendre le monde extérieur, de communiquer et de réaliser la présence d’autres personnes différentes de soi

L'autiste ne passe pas par cette phase et leur développement est donc différent du nôtre.

Ils ne comprennent pas nos pensées abstraites.

Selon les cas, certains autistes ont les capacités de suivre un cursus scolaire classique, en obtenant même de très bons résultats.

Les médecins ont pu constater que, dans le domaine des études comme dans le domaine social, il est difficile aux autistes de nous comprendre quand nous utilisons des concepts abstraits tels que des métaphores, des sous-entendus, des images…

Pour eux, les mots apportent des informations concrètes et avec une seule signification, quel que soit le contexte dans lequel les mots sont utilisés.

 Nos règles de société leur sont étrangères.

Ce qui nous paraît une évidence comme la politesse ou regarder dans les yeux la personne à qui on parle est un long apprentissage pour un autiste.

Il ne comprend pas nos règles de société et il se sent souvent en insécurité face à nous, en décalage.

Des autistes intégrés socialement expliquent que, pour pouvoir échanger et communiquer avec les autres personnes, ils ont dû apprendre par cœur nos « us et coutumes », comme s’ils vivaient dans un pays étranger.

Source : Psychologies Magazine – Avril 2012

Un autre article intéressant à lire sur le site de Psychologies Magazine « L'autisme infantile : l'enfant et sa bulle » Cliquez-ici

Cliquez ci-dessous :

Laissez- moi vos commentaires, ci-dessous, pour me donner votre avis.

Votre livre gratuit : Comment donner confiance en soi à votre enfant ?

 
 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire