L’influence des écrans sur vos enfants ! Télé et santé

Dans cet article, vous saurez comment les écrans ont une influence sur la santé de vos enfants et de vos adolescents.

L’abus de télévision est dangereux et a des conséquences physiques et psychologiques, c’est scientifique.

Télévision, téléphone portable et autres écrans peuvent altérer la santé de l'enfant comme de l'adolescent. Sommeil, alimentation, concentration et images de soi sont faussés par les images diffusées, d'où les risques pour la santé de ces jeunes encore influençables. Pourquoi et comment ?

Les écrans et le sommeil des enfants et des ados

La télé nuit au sommeil des enfants.

Découvrez tout le contenu de l'article en vidéo :

La production de la mélatonine (hormone du sommeil) est perturbée par la lumière que produisent la télé ou les écrans, ce qui retarde l’endormissement. Ainsi, plus un enfant regarde la télévision, plus il présente des risques de passer des nuits agitées. Les refus d’aller au lit, les réveils multiples et les cauchemars sont autant de symptômes.

On rapporte des cauchemars d’enfants avec l’incroyable Hulk en dessin animé et le film E.T. Michel Desmurget (auteur du livre : TV Lobotomie : La vérité scientifique sur les effets de la télévision ) nous dit que sa fille, Valentine, a traîné longtemps une peur des placards de sa chambre, qu’elle laissait ouverts après avait regardé le film E.T. avec sa cousine.

Les portables menacent le sommeil des ados

Les adolescents ont un problème de dépendance aux mobiles, or ces derniers menacent leur concentration et leur sommeil.

Combien pensez-vous qu’un ado envoie de SMS par mois en moyenne ? Lorsque j’ai posé cette question à ma compagne, elle m’a répondu 1000. Je lui ai dit qu’elle ne vivait pas dans le même siècle que moi ! Les ados envoient, en moyenne, entre 3 700 et 4 000 SMS par mois, dont une partie durant les cours, en classe. Je vous laisse deviner l’effet négatif sur la concentration.

Les enfants ont tendance à veiller tard avec leur portable. Ils surfent sur internet, puis ils gardent leur téléphone allumé sous leurs oreillers. Outre les effets cancérigènes que peut induire le portable, leur sommeil peut être entrecoupé par des textos qu’ils reçoivent de leurs copains.

Troubles du comportement alimentaire : Télévision et anorexie

La télévision a aussi une influence sur la façon dont le téléspectateur perçoit son corps.

Voici un exemple connu des scientifiques : les îles Fidji. Dans cette île où il n’y avait pas la télé, les rondeurs étaient vues de manière positive. Les chercheurs ont amené la télé, pour « civiliser » les gens. Ils avaient constaté, avant l’arrivée de la télévision, qu’il n’y avait aucune ado au régime et pas de trouble du comportement alimentaire (anorexie, boulimie…)

3 ans après l’apparition de la télé, ils ont constaté que 70 % des adolescents avaient des troubles du comportement alimentaire. 11 % d’entre eux se faisaient vomir pour contrôler leur poids. Leur image corporelle avait changé. En revanche, dans les autres îles sans télé, il y avait toujours 0 % de troubles du comportement alimentaire.

La publicité manipule enfants et adolescents

Marketing et enfant cible

Le fait de voir des pubs à la télé va inciter les enfants à demander à leurs parents d’acheter le produit. C’est ce que l’on appelle le « nag factor », le fait qu’un enfant harcèle ses parents pour acheter quelque chose. Ce harcèlement a un impact sur les achats et ça, les marketeurs le savent bien.

Télévision : sédentarité, obésité infantile et risque cardio-vasculaire

Le risque d’obésité augmente, car les enfants devant les écrans bougent moins.  De plus, la publicité influence la consommation de boissons sucrées et de nourriture grasse. En effet, dans les films, on voit souvent des enfants qui se consolent en mangeant des pizzas et en buvant des sodas. Le cerveau voit donc le message derrière la pub : c’est bon de manger trop, et en plus ça va me faire du bien !

Une étude scientifique montre que les enfants qui regardent beaucoup la télé appauvrissent leur système cardiovasculaire et le diamètre de l’artère, ce qui favorise les pathologies cardiaques à l’âge adulte.

Tabagisme, pubs et jeunesse

La publicité pour le tabac est normalement interdite. L’industrie du tabac perd des consommateurs chaque année, et doit renouveler sa clientèle.

Elle doit donc séduire les jeunes avant qu’il ne soit trop tard. Statistiquement, si après 21 ans ils n’ont jamais commencé, ils ne seront pas fumeurs.

Le facteur principal de conversion d’un adolescent au tabagisme, ce n’est pas le fait d’être entouré de copains qui fument. Non, ce qu’il a vu à la télé prime. C’est le facteur le plus important. On donne souvent une représentation positive du fumeur. Ce sont les personnages principaux, ils n’ont pas les dents jaunes, pas de cancer, etc. Tenir une cigarette leur permet d’être plus virils – pour ce qui est des hommes – et de draguer plus facilement.

La consommation se fait par imprégnation, petit à petit. Le message est répété des milliers de fois, surtout aux gros consommateurs de télé. Le cerveau est une belle machine, mais très idiote. Il finit par assimiler, de manière inconsciente, que fumer, c’est cool ! Et cela, malgré le discours des parents.

D'ailleurs, une autre étude nous prouve que :

- 52 % des ados ont essayé la cigarette, car ils ont été exposés à des scènes tabagiques ;

- 33 % des fumeurs chroniques le sont devenus parce qu’ils ont été exposés à des scènes de fumeurs.

Les écrans ont donc des conséquences sur la santé et les comportements des enfants et des ados. Si certains problèmes pourront être réglés en changeant leurs habitudes, d’autres seront difficiles à soigner, en particulier après une exposition à l’écran  prolongée dans le temps.

Dans le prochain article sur l’influence des écrans, il sera question d’un vieux débat, à savoir les écrans et la violence. En le lisant, vous connaîtrez l’avis des scientifiques à ce sujet.

Votre livre gratuit : Comment donner confiance en soi à votre enfant ?

 
 

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire