septembre 19

Crises de panique : les 6 idées reçues

Et si c’était juste des crises de panique ?

Vous êtes tranquillement chez vous en train de regarder votre série préférée à la télé et d’un seul coup le drame :

Votre cœur commence à battre, vous êtes inondé(e) de sueur et vous avez du mal à respirer.

Vous pensez “j’ai une crise cardiaque“

Et si c’était juste une crise de panique ?

Attention, je ne vous dis pas de ne pas consulter votre médecin. Mais si vous avez passé tous les examens sans confirmation de problème cardiaque, il se peut que vous souffriez de crise d’angoisse ou attaque de panique.

Vous êtes nombreux à me demander s’il est possible d’être hospitalisé(e), d’avoir une maladie grave, voire de mourir à cause d’une crise d’angoisse.

Rassurez-vous, ce sont des idées reçues déclenchées par votre cerveau.

Dans cet article vous allez découvrir 6 idées reçues sur la crise de panique et la dernière risque de vous surprendre.

Les crises de panique sont liées à un stress intense

Certes, le stress n’est pas un facteur qui aide à calmer les crises d’angoisse. Mais il n’en est pas uniquement la cause.

Le stress est un phénomène d’adaptation et c’est quelque chose d’utile. Il nous permet de faire face au changement : un déménagement, un changement de poste , un divorce, une perte d’emploi, une situation compliquée….

La crise de panique sont aussi un mécanisme d’adaptation à un danger grave, si vous avez un tigre en face de vous par exemple ou si quelqu’un vous agresse.

Dans les crises de panique à répétition, le mécanisme d’alarme est déréglé et se déclenche souvent sans raison, entraînant chez vous des symptômes physiques très désagréables.

Contrairement au stress, les crises de panique vous poussent à fuir la situation et à éviter toutes sources qui pourraient les déclencher.

Vous voyez que nous sommes vraiment au-delà du stress !

Les crises de panique vont provoquer un évanouissement 

Les pertes de connaissance sont souvent liées à la baisse de la pression artérielle.

Il existe bien sûr d’autres causes moins fréquentes, comme l’hypoglycémie et le manque d’oxygène, ou une cause toxique (médicaments ou ingestion de produits toxiques).

Mais nous allons surtout parler de la baisse de la pression sanguine.

Le cerveau reçoit moins de sang et la personne s’évanouit. On parle de syncope ou malaise vagal.

Il suffit alors de surélever les jambes de la personne pour qu’elle aille mieux.

Dans le cas d’une crise de panique, il y a au contraire un afflux de sang dans le cerveau pour vous apporter plus d’oxygène ce qui est censé vous aider à réfléchir rapidement pour réagir plus vite en cas de danger.

Vous pouvez croire que vous allez faire un malaise vagal, car il y a des signes qui y ressemblent. 

Vous pouvez ressentir un étourdissement, hyperventiler, avoir des picotements,  avoir la vision qui se rétrécit, avoir très chaud.

Alors peut-on s’évanouir à cause d’une crise d’angoisse ? C’est possible oui, mais c’est extrêmement rare.

C’est grave, la crise de panique et cela va durer toute ma vie !

Cela peut effectivement vous sembler grave tant les symptômes sont fort désagréables.

Vous pouvez penser que si vous prenez un traitement, c’est à vie.

Rassurez-vous !

Les crises de panique sont dues à une alarme qui se déclenche de manière intempestive dans le cerveau.

Les amygdales situées dans votre cerveau sont responsables de cette alarme.

Comme je l’ai déjà dit, ces crises de panique se déclenchent sans raison apparente,  dans la foule, dans un lieu clos ou parfois même lorsque vous êtes chez vous.

Dans le passé, il était défini que le cerveau était câblé comme un moteur figé dont les câbles s’usent au fil des années.

Désormais les neurosciences ont permis de se rendre compte que le cerveau peut débrancher certains câbles ou connexions et en recréer d’autres.

On appelle cela la plasticité cérébrale :

Ainsi, par exemple, si vous avez très peur des araignées, il y a une connexion dans votre cerveau qui déclenche la peur chaque fois que vous voyez une araignée.

Il est possible de débrancher cette connexion à la peur grâce à certaines thérapie, hypnose et  thérapie comportementale, je pratique cette dernière.

Ainsi, cette connexion à la peur des araignées qui existait depuis des années disparaît.

Il en est de même pour les crises de panique, grâce à la thérapie comportementale, vous  réussissez à stopper cette alarme dans le cerveau en travaillant sur votre mental, sur les émotions et sur le souffle.

Alors non vous n’allez pas avoir des crises de panique toute votre vie ! Le processus est réversible !

Il faut respirer très profondément pour calmer une crise de panique

C’est peut-être l’idée reçue qui vous fait le plus de mal.

Lorsque vous avez des crises de panique, vous avez tendance à hyperventiler, c’est-à-dire que vous respirez plus vite et vous rejetez beaucoup plus de gaz carbonique ou CO2.

C’est ce qui provoque l’étourdissement et qui vous donne l’impression d’étouffer.

Vous ne manquez pas d’oxygène, vous êtes en train d’inspirer trop d’air.

Il suffit au contraire d’inverser le phénomène et de prendre moins d’air.

Voici une vidéo qui va vous aider à mieux respirer pour réussir à calmer très rapidement vos crises de panique :

Attention entraînez-vous en dehors des crises, pour que cet exercice devienne un réflexe.

En effet, lors des crises les amygdales prennent le dessus sur notre cerveau et vous ne pensez pas à faire l’exercice.

J’ai une maladie mentale grave

Autrement dit vous êtes en train de devenir complétement fou ou folle et vous avez très peur de finir hospitalisé(e) ou interné(e) à vie. Je l’entends souvent de la part de mes patients.

 Mais les crises de panique n’ont rien à voir avec des maladies comme les troubles bipolaires ou la schizophrénie.

Non, vous n’êtes pas fou et vous pouvez aussi regarder la vidéo que j’ai faite sur le sujet, vous la trouverez dans la description. (je mettrais le lien)

Si cela vous inquiète beaucoup, parlez-en à un psychiatre ou à votre médecin qui vous expliquera la différence entre les crises de panique et les maladies mentales graves.

Je dois éviter tout ce qui peut provoquer les crises de panique.

Votre instinct, que l’on appelle instinct de survie, peut vous amener à éviter toutes les situations qui déclenchent les crises de panique : prendre la voiture, aller dans la foule, chez des amis, rester seul chez soi…

En faisant cela, vous pensez que vous allez vous débarrasser des crises de panique.

Au contraire, vous envoyez le signal fort à votre cerveau que tous ces lieux sont dangereux donc moins vous vous y rendez, plus vous avez peur et moins vous sortez de chez vous.

Il arrive que certaines personnes ne sortent plus du tout de chez elles.  

C’est un peu un cas extrême, mais elles sont tombées dans ce que l’on appelle la spirale de l’angoisse.

Ainsi si vous avez fait une crise d’angoisse dans un supermarché, vous évitez les supermarchés, puis les rues commerçantes, puis les réunions…

Il est bon au contraire de s’exposer à sa peur, mais progressivement, seul c’est plus difficile, mais avec un thérapeute comportemental qui vous montre comment vous exposer et vous aide à développer la force mentale pour le faire c’est plus facile et vous progressez plus vite.

Courage, vous allez vous en sortir !

A bientôt pour d’autres articles.


Vous aimerez aussi :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués (*)

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}