novembre 22

Comment aider quelqu’un qui fait des crises d’angoisse ?

Comment peut- il m’aider lorsque je fais des crises d’angoisse ? 

Dans un commentaire, une des mes abonnées YouTube me demande comment son compagnon peut l’aider, lorsqu’elle est en pleine crise de panique.

Vous aussi, vous avez peut-être un membre de votre famille, votre compagnon, votre compagne qui fait régulièrement des crises d’angoisse et vous vous demandez comment soulager sa souffrance. 

C’est ce que nous allons découvrir dans cet article, nous allons voir que l’on peut aider une personne à soulager ses crises. Nous verrons aussi que, paradoxalement, trop aider une personne peut favoriser le mécanisme des crises de panique.

Mais sachez une chose, aucune aide ne sera aussi précieuse que celle d’un thérapeute  spécialisé dans ce domaine contrairement à vous qui ne l’êtes pas. 

Bien connaître les signes des crises d’angoisse pour mieux aider

Dans un premier temps, il est important de connaître les signes cliniques des crises d’angoisse.

La personne en pleine crise de panique sent son cœur qui bat très fort, sa respiration s’accélère, un sentiment d’oppression thoracique, la peur de mourir, l’impression de manquer d’air.

Si vous avez en face de vous quelqu’un qui fait une crise d’angoisse pour la première fois,  vous pouvez toujours appeler un médecin, car les signes de crise d’angoisse sont parfois similaires à la crise cardiaque.

Si vous n’êtes pas médecin, ne prenez aucun risque.

Certains de mes clients sont allés aux urgences une fois ou deux. Les médecins ne leur ont rien trouvé. Ils ont consulté leur médecin traitant à de multiples reprises pour ce problème sans qu’une cause physique soit détectée.

Si c’est le cas de votre compagnon ou compagne et qu’il ou elle est en pleine crise, il est inutile d’appeler le 15, de céder à sa demande d’avoir recours au médecin de garde. Un examen supplémentaire ne changera rien au problème. 

Cela ne fera qu’empirer le problème, le cerveau de la personne angoissée va associer de plus en plus la crise d’angoisse au milieu médical. Elle va alors penser qu’il y a quelque chose de grave. 

De plus, son médecin traitant et les urgences vont finir par se lasser, à juste titre !

Aider la personne à ne pas croire à ses pensées catastrophiques liées à la crise d’angoisse 

Par contre vous pouvez l’aider à travailler sur ses pensées négatives liées à l’angoisse.

Dites à la personne qu’elle n’a rien au cœur, qu’elle ne va pas faire une crise cardiaque, ni mourir d’étouffement. En effet, personne n’est jamais mort, sauf exception rarissime dont je n’ai jamais entendu parler, d’une crise d’angoisse. 

Informez la qu’elle ne s’évanouira pas non plus, cela ne lui est jamais arrivé et on ne s’évanouit que très rarement d’une crise d’angoisse.

Il est possible de s’évanouir d’un malaise vagal, une baisse de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque. Ce qui veut dire que votre cœur bat moins vite. 

Dans la crise d’angoisse, le cœur au contraire bat très vite, il y a donc très peu de risques d’évanouissement.

Ce travail sur les pensées peut l’aider à calmer son mental et les symptômes de la crise, mais surtout lui permettra d’éviter qu’elle élabore un scénario catastrophe qui ne ferait qu’augmenter ses symptômes.

Aider la personne à mieux respirer pour calmer la crise d’angoisse

Dans un deuxième temps, vous pouvez l’aider à mieux respirer. Dans la plupart des cas, votre compagnon ou votre compagne en pleine crise d’angoisse ou de panique hyperventile, c’est-à-dire qu’il ou elle  prend trop d’air.

De plus, l’entourage peut donner de mauvais conseils comme par exemple : dire à la personne en pleine crise d’angoisse de respirer plus et très profondément. 

C’est totalement contre-productif. Une personne qui fait une crise de panique à l’impression de manquer d’air et de ce fait  va respirer encore plus vite et surtout inspirer beaucoup trop d’air ce qui augmente les symptômes de la crise d’angoisse.

Pour bien comprendre le mécanisme, essayez vous-même de prendre plus d’air que vous n’en sortez.

Prenez rapidement des grandes bouffées d’air, sans souffler beaucoup. Vous allez rapidement avoir la tête qui tourne et vous sentir très mal.

La solution, c’est soit de respirer dans un sac ou de prendre tout simplement moins d’air, j’ai fait une vidéo sur le sujet qui va vous montrer comment aider quelqu’un à mieux respirer.

Mais vous allez vite vous apercevoir, que même si vous aidez votre compagnon, votre compagne à calmer une crise, vous n’allez jamais remplacer un thérapeute.

Aider-crise-dangoisse

Trop rassurer une personne entretient les crises d’angoisse

À force de rassurer une personne, celle-ci devient dépendante de vous pour gérer ses crises. Elle n’est plus du tout autonome.

 Il y a un proverbe qui dit qu’il vaut mieux apprendre à pêcher à quelqu’un plutôt que de lui donner du poisson. Si vous lui donnez du poisson en permanence, le jour où vous n’êtes pas là, la personne meurt de faim. Si vous lui apprenez à pêcher, elle se passera de vous. 

C’est le même processus dans les crises d’angoisse, si votre compagnon ou compagne compte toujours sur vous pour se calmer, que va-t’il se passer si vous n’êtes pas là ? 

Certains de mes clients m’ont dit avoir appelé leur compagne ou compagnon à leur travail alors qu’ils étaient en pleine crise. 

Allez-vous pouvoir toujours rester auprès de la personne que vous aimez si, dès que vous vous éloignez, elle ne se sent pas bien ? Si vous le faites déjà, vous savez de quoi je parle, non ? Cela vous gâche la vie. 

Malgré vous, par manque de connaissance, vous devenez alors partie intégrante du mécanisme des crises. Au lieu d’apprendre à s’en libérer elle-même, la personne compte sur vous et cela maintient les crises dans le temps. C’est un cercle vicieux. 

Ne faites pas toujours les choses à sa place ! 

Il en est de même si vous faites les choses à la place de la personne qui panique.

Elle peut, en effet, à force de faire des crises de panique souffrir d’agoraphobie. C’est la peur panique de rester coincé dans un endroit, de ne pas pouvoir s’en échapper ou de ne pas être secouru à temps.

Elle va sortir de moins en moins de chez elle, jusqu’au point de plus jamais sortir seule. 

Si vous l’emmenez au travail parce qu’elle a peur de conduire seule, si vous faites les courses à sa place, si vous l’accompagnez partout, jamais elle ne peut s’exposer sa peur et s’en libérer.

L’exposition à la peur est le moyen le plus efficace pour sortir des crises d’angoisse sévères.

Plus la personne s’expose petit à petit à sa peur, plus elle va  débrancher l’alarme dans le cerveau qui lui dit que la situation est dangereuse.

Ainsi, si vous voulez que votre compagnon ou compagne ait moins peur de faire ses courses au supermarché, il ou elle va avoir besoin d’y retourner progressivement. Et au fur et à mesure, à force d’y aller, il ou elle aura de moins en moins peur.

Mais si quelqu’un fait les courses à sa place, car cela lui semble une épreuve insurmontable, la personne  aura toujours peur et ne se sortira jamais de cette situation. 

Je sais qu’il est difficile pour une personne souffrant de crises d’angoisse de s’exposer à ce qui lui fait peur, je sais que vous voulez aider votre compagnon ou compagne,  que vous êtes plein de bienveillance et que vous avez du mal à le ou la voir souffrir. 

Je sais qu’il est plus facile pour vous sur le moment, d’accompagner votre compagne ou compagnon dans ses démarches ou  le ou la conduire. 

De plus, la personne exercera une pression sur vous pour que vous l’aidiez. C’est un processus inconscient de sa part. Notre cerveau est une très belle machine, il va aller au plus simple et va tout faire pour éviter la souffrance. 

Mais finalement ne pas pouvoir faire les courses tout(e) seul(e), ne pas pouvoir conduire plus de 10 km autour de chez soi, ne pas pouvoir prendre le métro, les transports en commun, ne pas pouvoir rendre visite à sa famille qui habite trop loin par peur de faire une crise, n’est-ce pas aussi une très grande souffrance.

Ainsi aider quelqu’un qui fait des crises d’angoisse est une mission délicate, on peut rassurer, mais pas trop. C’est une mission très ou trop lourde pour vous. 

Voir un psy aidera véritablement la personne angoissée 

Ne serait-il pas judicieux de vous libérer de cette charge et d’orienter si elle est d’accord la personne proche vers un thérapeute. 

A condition que celle-ci soit prête à entamer une démarche de soin. Sinon c’est peine perdue et il ne servira à rien de la traîner de force chez un psy. 

Le thérapeute va tout faire pour rendre son client  plus autonome le plus rapidement possible.

 Un bon psy vous donnera aussi des conseils pour aider une personne qui a des crises de panique. Vous allez voir cela vous soulagera et vous aurez la satisfaction de voir ses crises de panique s’estomper au fil du temps. 

Finalement  le meilleur conseil pour aider quelqu’un qui fait des crises d’angoisse à répétition serait de lui dire d’aller voir une personne compétente qui va réellement l’aider à s’en sortir.

A bientôt 

Emmanuel 


Vous aimerez aussi :

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués (*)

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}