J’ai l’impression que je vais mourir !

Avez-vous déjà eu, vous aussi, une forte crise d’angoisse et peur de mourir?

Vous avez été victime de cette crise dans un supermarché, dans la foule, en voiture ou même chez vous. 

Cela vous est arrivé de manière brutale, sans prévenir :

“comme un coup de tonnerre dans un ciel bleu” ! 

Vous avez eu soudainement chaud, votre coeur s’est mis à battre très fort, votre poitrine  à commencer à vous faire mal, vous aviez la sensation d’étouffer et étiez pris de vertiges.

Vous avez perdu totalement le contrôle, mais surtout, vous avez eu très peur de mourir.

Peut-être avez-vous fini aux urgences et avez été rassuré par tous les examens effectués… 

Mais, quelques jours plus tard, cette crise est réapparue.

Vous pensez que vous avez une maladie grave, un problème cardiaque et que vous pouvez mourir d’étouffement. 

Bien sûr, le bon réflexe est toujours d’appeler le 15.

Mais si vous avez déjà fait tous les examens possibles, si votre médecin n’en peut plus de vous voir, vous souffrez peut-être de crises de panique.

Plus vous apprenez sur vos crises, mieux vous vous sentez !

La bonne nouvelle, même si c’est difficile à vivre,  c’est que vous n’allez pas mourir. 

Alors que se passe-t-il dans votre corps ?

Pour une raison qui n’est pas toujours connue, votre cerveau a décidé qu’il y a un danger. 

C’est sans doute consécutif à une situation dangereuse que vous avez vécue et que peut-être vous avez oubliée.

Les plus chanceux vont connaître l’origine de cette peur, mais ce n’est pas le cas pour la plupart d’entre vous.

C’est une sorte de traumatisme que votre cerveau a gardé en mémoire. 

Pour en savoir plus vous pouvez regarder cette vidéo : 

Je donne toujours cet exemple aux clients que je reçois dans mon cabinet :

Imaginez que vous vous trouviez sur un passage piéton, vous avez failli vous faire renverser par une voiture qui ne s’est même pas arrêtée. 

Vous avez très vite oublié cet épisode.

Un jour vous vous sentez mal en ville en traversant un passage piéton.

 Vous déclenchez alors une crise de panique.

Vous ne vous rappelez plus de l’événement traumatisant mais votre cerveau, lui, ne l’a pas oublié.

Vous commencez alors à avoir des crises d’angoisse chaque fois que vous êtes dehors dans le centre-ville.

Vous êtes rentré dans la spirale de la peur et de l’angoisse. 

Dès que vous avez une crise de panique, dans un endroit qui rappelle vaguement à votre cerveau l’événement traumatisant, votre amygdale (située dans votre cerveau, responsable de déclencher la peur en cas de danger) cherche à vous protéger

Votre coeur bat plus vite et vous avez peur de mourir. 

Cette amygdale accélère les battements de votre coeur pour vous préparer à faire face au danger.

C’est pour cette raison que vous avez l’impression que vous allez faire une crise cardiaque et que vous allez mourir. 

Votre douleur thoracique n’a rien à voir avec celle de la crise cardiaque, je vous invite à  regarder la vidéo que j’ai faite sur le sujet : 

Cette douleur est plutôt liée à un état de tension nerveuse.

Vous vous contractez trop et vous commencez à ressentir des douleurs musculaires dues à cette tension interne et non à un problème cardiaque.

De surcroît, vous respirez trop vite, vous prenez de plus grandes inspirations qui, à force, vont finir par provoquer une douleur thoracique.

La solution, vous l’aurez compris, réside dans le fait de détendre votre thorax trop contracté, mais nous allons y revenir. 

Vous avez la sensation que vous allez mourir d’étouffement. 

L’amygdale citée plus haut vous incite à respirer plus vite afin d’apporter plus d’oxygène à votre cerveau et à vos muscles pour vous préparer au danger. 

Le problème, c’est qu’il  n’y a pas de réel danger (pas facile à accepter quand votre cerveau prétend le contraire) et qu’au bout d’un moment vous inspirez trop d’air. 

Si vous prenez trop d’air, votre cerveau décide de couper les vannes en oxygène, d’où la fausse impression d’étouffer ! 

Votre cerveau est moins irrigué par le sang, d’où sensation d’étourdissement. 

N’ayez pas peur, vous n’allez pas mourir d’un Accident Vasculaire Cérébral (AVC), comme le croyait une de mes clientes. 

Vous avez compris que vous allez avoir besoin de faire des respirations plus amples pour vous sentir mieux. 

respiration anti angoisse, panique

Vous avez l’impression d’avoir une maladie grave qui vous conduira à la mort .

C’est normal d’avoir cette impression, mais c’est juste une impression et non une réalité. 

La plupart du temps, personne ne vous dit de quoi vous souffrez.

Les examens médicaux n’ayant trouvé aucune anomalie, peut-être vous a-t-on dit “c’est juste du stress”

Juste du stress, mais alors pourquoi ces sensations si brutales ressenties lors de vos crises de panique ?

Ces sensations vous donnent l’impression d’avoir une maladie rare qui n’a pas été dépistée, voire même un cancer, dont vous allez finir par mourir.

Si cela vous obsède, vous êtes peut-être hypocondriaque.

hypochondrie

Encore une fois, pas de panique, ce sont juste des crises d’angoisse. 

Vous allez avoir besoin de relativiser ce qui vous arrive et nous allons voir comment. 

Alors comment surmonter cette peur de mourir ? 

Ce n’est pas non plus une période facile en ce moment avec la Covid. 

Tous les  bulletins d’information vous parlent de nombres cas de contamination. 

Pendant le confinement on vous donnait  le nombre de décès par jour.

C’est plutôt anxiogène non ? 

 Vous avez donc  besoin de déprogrammer, de votre cerveau, la peur de la peur de la mort 

Comment déprogrammer la peur de mourir ? 

Dans un premier temps vous pouvez  répéter en boucle tous les jours “ je ne vais pas mourir, c’est une crise de panique.” 

Vous pouvez afficher le message partout sur des post-its.

Oui je sais, votre partenaire ou vos proches vont vous prendre pour un fou (lol)

Mais vous avez vraiment besoin de convaincre votre cerveau qu’il n’y a pas de danger de mort. 

Cela va prendre un petit peu de temps, vous allez finir par y arriver. 

Vous pouvez aussi apprendre à relativiser les pensées négatives autour de la mort.

Dites-vous “tu vois c’est la 3e crise de panique et je ne suis toujours pas mort”.

Ou encore “je n’ai pas de problèmes ni d’antécédents cardiaques” et si toutefois vous en avez, dites-vous que les signes de la crise d’angor ou cardiaque sont différents. 

Bref, vous l’aurez compris, le but est de mettre de la distance avec vos pensées négatives morbides. 

Encore une fois, ne vous découragez pas, cela va prendre un peu de temps et demande de l’entraînement, mais cela vaut le coup. 

Alors faites ce travail régulièrement, un peu tous les jours. 

Contrôlez votre respiration et apprenez à vous relaxer. 

Plus vous allez calmer votre respiration, mieux vous allez respirer et moins vous aurez peur de mourir. 

Avoir peur d’étouffer est lié au fait que vous respirez trop vite, comme nous l’avons vu auparavant.

Vous prenez trop d’air ! 

Ralentissez votre respiration, inspirez un peu moins et vous allez vous sentir mieux.

Pour finir, il existe beaucoup de techniques de relaxation qui sont toutes bonnes, le tout est de trouver celle qui vous correspond. 

Plus vous êtes relaxé, moins vous ressentez cette douleur thoracique car vos muscles se relâchent.

Le yoga est un excellent moyen d’apprendre à se détendre. 

Le sport en est un bon aussi , il vous apprend à bien gérer votre respiration lorsque vous respirez vite. 

Alors, vous voilà rassuré, vous avez encore de belles années à vivre devant vous.

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *